browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Lac Titicaca : horizon nuageux sur le berceau du Soleil

Posted by on 17 mars 2013
Lac Titicaca vu de l'Isla del Sol

Lac Titicaca vu de l'Isla del Sol

Le lac Titicaca, perché à plus de 3.800 mètres au-dessus du niveau de la mer, est connu pour être le plus haut lac navigable du monde. Alimenté par 25 cours d'eau, son bassin hydrologique s'étend sur une superficie de 58.000 km2.

Isla del Sol, le temple du Soleil

Isla del Sol, le temple du Soleil

Le lac, à cheval entre le Pérou et la Bolivie, est un lieu important pour la population locale quechua et aymara et ce depuis des milliers d'années. Le site archéologique de Tihuanacu, à 80km de La Paz, montre les liens entre les peuples amérindiens et le lac, bien avant l'apparition de la célèbre civilisation inca. Pour celle-ci, le lac Titicaca est le berceau du dieu Soleil. L'Isla del Sol, une île bolivienne, a été renommée ainsi d'après la légende où le dieu Soleil serait né sur l'île. Il s'y trouve donc le premier temple inca dédié au soleil…

 

Le lac Titicaca serait né des larmes du dieu du Soleil. Attristé par la cupidité des Hommes, il aurait pleuré 40 jours formant le lac. Aujourd'hui, la cupidité humaine n'engendre plus les larmes des dieux mais davantage celles des habitants des berges et des îles du Titicaca…

Composition des déchets retrouvés dans la baie de Puno, 2003

Composition des déchets retrouvés dans la baie de Puno, 2003 - extrait d'un article de Valderrama Pomé, Aldo Alim, Cordova Arce et Daniel Porfirio

Le bassin du lac Titicaca abrite aujourd'hui 3 millions d'habitants. Dans ces pays où le traitement des eaux usées est encore peu répandu, les déchets sont naturellement acheminés vers le lac et les communes situées sur ses berges.

Par exemple, la ville de El Alto (1 million d'habitants), située dans la banlieu ouest de La Paz, ne traite que 45% de ces eaux usées avant de rejeter le tout dans la rivière Seco, affluent de la Katari rejoignant directement le lac. Le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) a mené une étude sur l'ensemble du bassin et sur le lac Titicaca (2007 – 2011) afin d'en évaluer scientifiquement la situation environnementale. Il en a été établi que la région du lac génère 100.000 tonnes de déchets par an !

En plus de ces déchets non traités et rejetés dans la nature, il y a également le problème de pollution des eaux du lac. Et ceci est d'autant plus important lorsque l'on sait que l'accès à l'eau potable n'est pas majoritairement développé tant au Pérou (environ 43% des habitants y ont accès -2011-) qu'en Bolivie (environ 27% des habitants). Ainsi, beaucoup d'enfants habitant aux abords du lac Titicaca souffrent de la douve du foie (un ver parasite) ; ce parasite atteint également les vaches qui s'amaigrissent et donnent moins de lait (ce qui diminue d'autant la production fromagère).

Afin de nourrir cette population, mais aussi pour dégager un revenu, l'agriculture s'est intensifiée dans la région. Aujourd'hui, nombre d'exploitations utilisent des intrants chimiques. Sur l'ensemble du bassin versant, le ruissellement de ces engrais suit le cours des rivières pour atteindre le lac Titicaca. Ainsi, la lentille d'eau, un bio-indicateur de la trop forte présence de nitrates et de phosphates dans l'eau, se multiplie sur les berges, recouvrant la surface, empêchant de ce fait l'infiltration des rayons du soleil dans l'eau et freinant donc tout le processus de photosynthèse des plantes aquatiques. À terme, cela pourrait conduire à l'eutrophisation (pour être simple, les algues décomposées – de plus en plus nombreuses – vont progressivement s'entasser dans le fond du lac jusqu'à le combler !). Ce phénomène naturel est ici accentué par l'activité humaine (déchets, nitrates, phosphates…), et conduit à une diminution de l'oxygénation de l'eau induisant une perte progressive de biodiversité (cf. la définition du CNRS).

De nombreuses études nationales ou binationales rendent leurs conclusions mais, malgré les causes connues, à ce jour, peu de solutions sont proposées à l'échelle du bassin hydrologique du Titicaca. Quelques plans d'assainissement ont été votés dans des villes situées sur les berges du lac mais ils ne sont pas encore engagés. Des campagnes d'arrachage de la lentille d'eau sont régulièrement lancées car elle est utilisée comme fertilisant naturel dans l'agriculture : peut-être la voie d'une dépollution gagnant-gagnant ?

Aux abords du lac Titicaca, petit à petit, les habitants tentent de réduire leur dépendance séculaire aux ressources lacustres en développant davantage l'agriculture. Mais ne serait ce pas un cercle vicieux où l'agriculture, utilisatrice d'intrants, mettrait à mal la survie du lac ?

À l'ombre des sommets andins, le soleil brillera t-il à nouveau sur le lac Titicaca ? Après tout, il y est à domicile…

Le lac Titicaca, l'isla de la Luna vue de l'Isla del Sol

Le lac Titicaca, l'isla de la Luna vue de l'Isla del Sol

 

 

Prochain détour : la Patagonie

 

Partagez !

    One Response to Lac Titicaca : horizon nuageux sur le berceau du Soleil

    1. Georges

      Il y a dans les médias une règle qui est celle du mort au km. Cela signifie qu’un mort autour de soi aura plus d’importance qu’un millier de morts de l’autre côté du globe. Ainsi, on peut comparer la pollution du lac Titicaca que vous exposez très bien ici à celle de la baie de Saint-Brieuc mais elle nous importe peu, petits français que nous sommes…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *


    *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>